top of page
Rechercher
  • Annique Lavergne

LES ENFANTS ET LE DEUIL

Dernière mise à jour : 5 oct. 2021



Lorsque nous considérons ce qui transforme une maison en un véritable foyer (mis à part les personnes qui y habitent), peu de choses ont autant d'importance que l'animal de compagnie. Que l'animal soit un chat, un chien, un oiseau ou autres, il est difficile de mesurer jusqu'à quel point cet animal est significatif au sein d'une famille. Malheureusement, ce n'est qu'après la mort d'un animal que nous réalisons combien il était aimé. Bien que la perte d'un animal de compagnie s'avère souvent difficile pour tous les membres de la famille, elle a un impact particulier chez les enfants puisque pour ceux-ci, c'est habituellement la première expérience de deuil qui les affecte directement. Il est donc impératif pour les parents de prendre au sérieux la perte de l'animal de compagnie tout en portant une attention particulière aux besoins et aux sentiments de leurs enfants durant cette période difficile.

Les informations transmises par les parents à leurs enfants en ce qui concerne la mort et le deuil risquent d'avoir un impact sur ces derniers tout au long de leur vie. Les parents ont là l'opportunité d'enseigner à leurs enfants se qu'impliquent de tels événements à travers les cycles de vie des animaux de compagnie. Afin que les parents puissent bien évaluer les répercussions qu'a la perte d'un animal de compagnie chez un enfant, il est indispensable de considérer l'âge de l'enfant, son niveau de maturité émotive, le rôle que jouait l'animal dans sa vie, les autres événements en concomitance (divorce, déménagement, maladie, etc.), la responsabilité de l'enfant dans l'événement de la mort de l'animal (s'il y a lieu), l'histoire personnelle de l'enfant quant à des décès antérieurs et enfin, l'habileté de l'enfant à gérer des situations de crises.


Trop souvent, les adultes font l'erreur de prendre pour acquis que les enfants passent à travers le processus de deuil de la même façon qu'eux ou encore que les enfants ignorent ce qui se passe et qu'ils ne ressentent aucun besoin d'être endeuillés. Dans le but de protéger leurs enfants, plusieurs parents font également l'erreur de parler de la mort de l'animal en expliquant que ce dernier « s'est fait endormir ». Cette façon imagée de décrire la mort de l'animal amène l'enfant à craindre qu'au moment où il s'endort, il risque de ne plus se réveiller. Une autre erreur commune est d'insister sur la vieillesse de l'animal. Pensez à ce que ressent un enfant de 12 ans lorsqu'on lui dit que son chien de 13 ans est décédé de vieillesse!


Aussi difficile que cela puisse être pour les parents, il est important d'expliquer la mort dans des termes simples et honnêtes. Il est inutile de donner tous les détails de la mort ou de blâmer qui que ce soit. Abordez le sujet directement sans donner de fausses pistes et sans utiliser d'euphémismes qui portent à confusion. Permettez à vos enfants de parler ouvertement de ce qu'ils ressentent. De votre côté, en étant honnêtes avec eux, vos enfants l'apprécieront.


Les émotions ressenties par les enfants suite à la perte de leur animal de compagnie diffèrent dépendamment de leur l'âge développemental. Voici un bref tableau qui pourrait vous aider à bien identifier à quel stade se trouve votre enfant quant à sa compréhension du concept de la mort, ses sentiments, son comportement ainsi que la meilleure façon de lui venir en aide.

Source: Developmental ages and possible reactions to illness or death (Hospice of Metro Denver, 1998)

Âge: 0-2 ans

Concept de la mort: Incompréhension de la mort, réaction au changement dans le quotidien

Réaction émotive: Crainte d'abandon, anxiété générale

Comportement: Pleurs, insomnie, indigestion

Conseils: Contacts physiques et réconfort, patience, maintien du quotidien


Âge: 3-5 ans

Concept de la mort: La mort est temporaire et réversible, incompréhension de la finalité de la mort, pensée magique, fantaisies habituellement plus graves que la réalité

Réaction émotive: Tristesse, anxiété, insécurité, confusion, colère, peur, mauvaise humeur (souvent démontrée à travers le jeu), agitation

Comportement: Pleurs, dispute, intérêt accru pour les choses mortes, déni de la mort, questions répétitives, cauchemars, comportement régressif

Conseils: Répondre aux questions répétitives, donner des réponses simples et honnêtes, inclure l'enfant dans les rituels de deuil, contacts physiques, permettre à l'enfant de pleurer, discussion, maintien du quotidien


Âge: 6-9 ans

Concept de la mort: Songe à la finalité de la mort, pense à la physiologie de la mort, s'interroge à son sort si ses parents décèdent, peut se croire responsable de la mort, croit que la mort est une forme de punition

Réaction émotive: Tristesse, anxiété, solitude et retrait, confusion, colère, peur, mauvaise humeur (souvent démontrée à travers le jeu)

Comportement: Agirs agressifs, cauchemars et perturbation du sommeil, déni de la mort, manque de concentration, fluctuation du rendement scolaire, questionnement spécifique (cherche à connaître les détails)

Conseils: Détecter les pensées confuses, encourager l'expression ouverte des émotions, encourager les dessins, la lecture, l'art, la musique, le sport, etc. Permettre à l'enfant de choisir sa façon de participer aux rituels du deuil, travailler avec l'école pour alléger les tâches scolaires


Âge: 10-12 ans

Concept de la mort: Comprend la finalité de la mort, croient que leurs mots ou gestes ont causé la mort, la mort peut se reproduire

Réaction émotive: Vulnérabilité, anxiété, solitude, confusion, colère, abandon, culpabilité, inquiétude, choc, déni, désarroi émotif souligné par un changement physique

Comportement: Agirs agressifs, retrait, discussion sur les aspects physiques de la mort/maladie, dénis de la mort, changements importants dans le comportement

Conseils: Répondre aux questions, accepter les changements soudains dans l'humeur, encourager l'expression émotive, encourager l'écriture ou la poésie, discussion


Âge: 12 ans et plus

Concept de la mort: Comprend la finalité de la mort, croit que dévoiler es émotions le rend faible, doit être en contrôle de ses émotions, peut sentir sa propre mort éventuelle, centré sur lui-même ayant un sens exagéré quant à son rôle en ce qui concerne la mort

Réaction émotive: Vulnérabilité, anxiété, peur, solitude, confusion, colère, tristesse, abandon, culpabilité, craintes, isolement, choc, déni, dépression, fortement conscient des changements qu'impose le processus de deuil

Comportement: Argumentation, comportement à risques élevés, déni de la mort, manque de concentration, changements alimentaires, changements dans le choix des pairs, conflits entre l'indépendance et la dépendance

Conseils: S'attendre aux pensées instables et contradictoires, encourager l'expression émotive, détecter les comportements à risques élevés, écouter, encourager des relations avec d'autres adultes réconfortants, démontrer un deuil honnête et partager l'échange des sentiments


Comme vous le constatez, les réactions des enfants peuvent varier énormément (sévère dévastation jusqu'à un manque total d'ennui). Bien que les jeunes enfants ne comprennent pas toujours la permanence de la mort, la présence de l'animal décédé leur manque et ils cherchent autant que l'adulte à fermer la boucle sur les événements. Malgré que ce soit habituellement fait avec de bonnes intentions, il est déconseillé de surprotéger les enfants en leur enlevant la chance d'apprendre à propos de la mort et l'expérience de deuil qui s'ensuit. Rappelez-vous qu'un des objectifs visés est d'enseigner aux enfants qu'ils doivent accepter la mort en tant qu'un adieu final tout en célébrant la vie et les bons souvenirs de l'animal décédé.

Dre Annique Lavergne Psychologue



10 vues0 commentaire
bottom of page